Le Réveil Lozère 31 août 2022 a 11h00 | Par Chambre d'agriculture de Lozère

Diversifier son assolement pour gagner en autonomie fourragère

La campagne estivale 2022 aura été marquée par un déficit majeur en eau et en fourrage. Dans ce contexte si particulier, le colza fourrager, suivi sur les essais mis en place par la chambre d'agriculture depuis 2021, est prometteur.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Chambre d'agriculture 48

Le mois de juillet 2022 figure comme un des mois les plus secs jamais enregistré en France. Les agriculteurs du département font donc face aux effets directs du réchauffement climatique : les sources se tarissent, l'ensemble des bassins-versants du département passent en « crise », et le fourrage vient à manquer. Or, en partenariat avec le Copage (comité pour la mise en oeuvre du plan agri-environnemental et de la gestion de l'espace en Lozère), la chambre d'agriculture s'est investie dans un programme d'expérimentation visant à orienter l'agriculture lozérienne vers plus de résilience face au changement climatique et à accompagner les agriculteurs et agricultrices pour accroître leur autonomie fourragère.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.