Le Réveil Lozère 26 août 2020 à 09h00 | Par R. Saint-André

Dix-huit hectares dédiés à la formation et la sécurité

Dans le Cantal, la fédération départementale dispose d’un centre de formation particulièrement bien équipé et de plus en plus fréquenté.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Arnaud Lafon, responsable du centre de formation, a encadré des sessions réservées aux agriculteurs.
Arnaud Lafon, responsable du centre de formation, a encadré des sessions réservées aux agriculteurs. - © R. Saint-André

En fonction depuis une dizaine d’années, le centre de formation des chasseurs du Cantal est installé entre Aurillac et Tulle à Cros-de-Montvert sur 18 hectares, dont huit clôturés. « Nous avons obligation de trouver un terrain pour l’apprentissage et l’examen du permis de chasse. Auparavant, nous allions chez un privé, dans le secteur du col de la Fageole », se souvient le président des chasseurs du Cantal, Jean-Pierre Picard.
Les conditions d’apprentissage sont désormais bien plus confortables. D’abord, un vaste parking, dans l’enceinte même du centre. Puis un bâtiment central, terminé il y a moins de cinq ans, qui abrite notamment la salle de formation théorique, équipée de vidéo-projection capable d’accueillir 50 personnes. À l’extérieur, divers parcours dont trois avec des cabanes de tir, et des lanceurs pour simuler des actions de chasse, avec un sanglier sur rail qui évolue sur 30 mètres. « Les groupes sont encadrés par Arnaud Lafon, Emmanuel Marquet, Frédéric Serre, techniciens-formateurs, et des vacataires lorsque c’est nécessaire », détaille le directeur de la fédération cantalienne, Arnaud Semeteys.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui