Le Réveil Lozère 07 mai 2023 a 08h00 | Par Propos recueilli par LM

Drosophila suzukii : l'insecte stérile pourrait être déployé « dans quatre à cinq ans »

Les producteurs de cerises se sentent esseulés pour lutter contre la mouche des fruits depuis l'interdiction d'utiliser l'insecticide phosmet le 1er novembre. Une nouvelle méthode de lutte biologique semble pourtant prometteuse : la technique de l'insecte stérile (TIS). Explications de Ghais Zriki, ingénieur de recherche au CTIFL.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Ghais Zriki, ingénieur de recherche au CTIFL.
Ghais Zriki, ingénieur de recherche au CTIFL. - © LM

Presque au point contre Drosophila suzukii, les premiers essais expérimentaux chez des producteurs de fraises ont commencé fin avril. La TIS a déjà fait ses preuves pour d'autres ravageurs (carpocapse, mouche méditerranéenne), mais son déploiement contre Drosophila suzukii dépend d'un travail multi-acteurs.

La technique de l'insecte stérile (TIS) contre Drosophila suzukii est-elle au point ?
On est toujours en phase expérimentale. La TIS contre Drosophila suzukii est presque au point, mais elle n'est pas encore mise en oeuvre dans les programmes de lutte intégrée. Je pense qu'un déploiement à grande échelle est envisageable dans les vergers de cerisiers dans quatre à cinq ans. Car d'ici un ou deux ans, on pourra faire les essais TIS terrain à échelle suffisante pour cette production arboricole, si on a le soutien financier pour produire des mouches stériles en quantité suffisante.

Vous allez bientôt tester la TIS chez des producteurs...
La première expérimentation dans des conditions opérationnelles a commencé fin avril, chez quatre producteurs de fraises dans le Gard. Nous ferons des lâchers inondatifs, réguliers et séquentiels de mouches stériles dans les tunnels de fraisiers, dès l'apparition des fruits tournants et jusqu'à la fin de la saison.
Les mâles stériles lâchés en abondance entrent en compétition avec leurs homologues sauvages pour s'accoupler avec les femelles fertiles, qui par conséquent produisent des oeufs inviables. Cela cause l'interruption du cycle de développement et l'enrayement de la croissance de la population sauvage.
Cette expérimentation est réalisée en collaboration entre le CTIFL et le centre de biologie pour la gestion des populations (CBGP) de l'Inrae, dans le cadre du projet « SuzuKIISS : ME Ecophyto maturation ».

Quel est le rôle du Ctifl dans ce projet « SuzuKIISS : ME » ?
Le Ctifl est responsable du volet expérimental. On produit les mouches par élevage semi-massif dans un milieu nutritif artificiel. La stérilisation des mouches par irradiation ionisante est réalisée au centre CEA de Marcoule. On effectue les lâchers, le suivi sur le terrain. Si on arrive à sexer les insectes, on ne lâche que des mâles stériles pour maximiser les chances des femelles de les rencontrer, vu qu'elles s'accouplent moins souvent que les mouches mâles. En 2022, nous avions déjà fait un essai semi-terrain sur fraisiers, en petits tunnels expérimentaux, dans une serre confinée. Les résultats étaient encourageants : après cinq semaines de lâchers, nous avions moins de 10 % de fruits infestés, contre 50 % dans les tunnels témoins (sans introduction de mâles stériles).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

La proportion de moutons par habitant est tombée à moins de cinq pour un en 2022, pour la première fois depuis 1850, quand les moutons ont été comptés pour la première fois

indique Stats NZ (organisme public néo-zélandais en charge des statistiques) selon des chiffres publiés le 22 mai et cité par l’AFP.