Le Réveil Lozère 17 février 2021 a 14h00 | Par Marion Ghibaudo

« Du côté des causses lozériens… », un beau livre sur le patrimoine rural

Le conseil départemental a publié un livre sur le patrimoine rural des causses lozériens, et notamment tout ce que l’agropastoralisme a apporté aux paysages au fil des siècles. Tiré à 500 exemplaires pour une première édition, les auteurs espèrent sensibiliser un large public « à la richesse du patrimoine lozérien ».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le conseil départemental a publié un livre sur le patrimoine rural des causses lozériens, et notamment tout ce que l’agropastoralisme a apporté aux paysages au fil des siècles. Tiré à 500 exemplaires pour une première édition, les auteurs espèrent sensibiliser un large public « à la richesse du patrimoine lozérien ».
Le conseil départemental a publié un livre sur le patrimoine rural des causses lozériens, et notamment tout ce que l’agropastoralisme a apporté aux paysages au fil des siècles. Tiré à 500 exemplaires pour une première édition, les auteurs espèrent sensibiliser un large public « à la richesse du patrimoine lozérien ». - © Marion Ghibaudo

Écrit en collaboration avec l’Entente interdépartementale des Causses et Cévennes, qui fête en 2021 ses dix ans d’inscription à l’Unesco, ce livre revient sur les paysages typiques des causses, et ce que la main de l’homme y a apporté. « C’est la première fois qu’un tel travail a été organisé en partenariat avec nos services, et ce fut une belle collaboration », note avec fierté Morgane Costes-Marre, directrice de l’Entente causses et Cévennes et l’une des auteures.

Un patrimoine vieux de plusieurs siècles
Lavognes, drailles, clapas… Ces mots sont familiers sur les causses, et ce qu’ils représentent se fond tellement dans les paysages que plus personne ne les remarque. Et pourtant, ces modestes constructions racontent aussi l’histoire de l’agropastoralisme depuis les débuts de l’installation humaine sur les causses.
Écrit pour toucher le public le plus large possible, ce beau livre souhaite réaffirmer l’histoire longue de l’agropastoralisme sur ce territoire. La part belle est donnée aux fermes, avec un focus sur le domaine des Boissets, qui appartient au conseil départemental et qui est en cours de valorisation. L’Entente causses et Cévennes souhaite d’ailleurs faire de cet endroit typique, un haut lieu de l’agropastoralisme lozérien.
« Tout ce bâti est ancré dans notre paysage, donc on n’y fait pas du tout attention, explique Cécile Fock-Chow-Tho assistante de conservation du patrimoine au département de la Lozère, et auteure de l’ouvrage. C’est vrai que ce sont des choses qui ont l’air vieilles, mais elles sont encore plus vieilles que ce qu’on pense et ça, personne ne le sait ». Et détaillant la construction des drailles ou des terrasses, Cécile Fock-Chow-Tho précise que « ce sont des éléments qui relèvent presque du protohistorique. À l’âge de fer, il y en avait déjà ! » Quant aux bâtiments, d’après Cécile Fock-Chow-Tho, « la plupart remontent au moins au xvie ou xviie siècle, sur quasiment toutes les fermes de Lozère ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Il est nécessaire que les particularités des projets agricoles soient prises en compte : la FNSEA et l’Apca poursuivront leur combat pour exclure les bâtiments à vocation agricole du dispositif

lancent les organisations dans un communiqué le 4 juin.