Le Réveil Lozère 22 avril 2020 a 11h00 | Par AG

Du lait AOP payé 200 euros les mille litres, les fromages AOP poussent un cri d'alarme

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« En avril, des producteurs seront payés moins de 200 euros les mille litres alors que la valorisation moyenne en AOP est habituellement de 500 euros », alerte Michel Lacoste, président du Cnaol (fédérations des AOP laitières) le 20 avril, interrogé par Agra Presse. En cause : la baisse de 60 % des ventes de fromages AOP du fait de la crise du Covid-19. « Ce sont 1 500 tonnes de fromages AOP et IGP qui, s'ils ne sont pas vendus d'ici le 15 mai, seront périmés, soit 15 millions de litres de lait et 15 millions d'euros de chiffre d'affaires », déplore l'éleveur du Cantal. Si les grands groupes laitiers parviennent à réorienter du lait vers d'autres de leurs outils de transformation, les plus petits transformateurs n'ont d'autre choix que d'écouler leur lait vers le marché spot. « Le prix du lait spot était de 300 euros. Depuis le Covid-19, il est passé à moins de 150 euros aujourd'hui », observe Michel Lacoste. La rémunération des producteurs s'en trouve diminuée d'autant. Face à la situation, tous les acteurs s'adaptent. Les appellations modifient dans l'urgence leurs cahiers des charges. Productions et fabrications sont ralenties. L'Inao a raccourci à une semaine le délai de traitement des dérogations. « Le seul qui n'a pas bougé, c'est Didier Guillaume », regrette le président du Cnaol, lui enjoignant de soutenir la filière.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si les choses en restent là, on devrait pouvoir maîtriser complètement cette épizootie, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas encore des semaines de travail

a souligné tout en prudence Fabienne Buccio, la préfète de Gironde et de Nouvelle Aquitaine, lors de ses vœux à la presse à Bordeaux, d’après l’AFP.