Le Réveil Lozère 04 janvier 2023 a 10h00 | Par Sophie Chatenet

Du mieux annoncé pour 2023

Alors qu'à partir du 1er janvier, la prise en compte des coûts de production sera obligatoire dans la filière laitière conformément à la loi Égalim, à date, avec des charges qui explosent, il est difficile de s'y retrouver. De l'aveu des responsables professionnels et des acteurs de la filière, les mois prochains seront décisifs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les producteurs de lait attendent des revalorisations importantes du prix du lait.
Les producteurs de lait attendent des revalorisations importantes du prix du lait. - © Aurélie Pasquelin/Illustration

Depuis octobre, les négociations entre les organisations de producteurs, les industriels et les coopératives de la filière laitière vont bon train. Et autant dire que le temps presse, avec des charges alimentaires, énergétiques... qui explosent, les producteurs de lait ont besoin de visibilité. « Certes, le prix du lait a été revalorisé ces derniers mois, mais pas à la hauteur du prix de revient. Ce que nous avons cranté sur le prix du lait a été totalement balayé par l'inflation », constate Sabine Tholoniat, productrice de lait bio dans le Puy-de-Dôme, et présidente de la FNSEA 63. Après le groupe Lactalis, c'est la stratégie de la coopérative Sodiaal qui est interrogée par les éleveurs. Deux acteurs majeurs de la collecte laitière française et qui joue un rôle prépondérant dans le grand Massif central. Le médiateur des relations commerciales a été saisi, afin de mener « une expertise sur les coûts et les prix », proposés par Sodiaal. L'audition d'autres coopératives a été réalisée dans le cadre de cette enquête, dont les conclusions sont attendues début 2023.

Marché à l'export
Pour le moment, le prix moyen du lait était de 478 euros la tonne fin novembre, avec des écarts sensibles selon les opérateurs. Pas de quoi couvrir les charges, dénonce Stéphane Joandel, président de la section régionale laitière de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes : « Le prix est déconnecté de la réalité économique. Il faudrait a minima atteindre les 500 euros pour nous permettre de vivre ». Le conseil d'administration de Sodiaal a annoncé, début décembre, à ses adhérents un prix du lait à 420 euros les mille litres en décembre et à 483 euros les mille litres (prix A de référence hors saisonnalité) en janvier 2023, tandis que d'autres opérateurs ont déjà avancé des prix au-dessus des 500 euros les mille litres. Mais comment expliquer ces écarts ? Cela relève a priori de choix de marchés. La coopérative Sodiaal est moins présente à l'export. Or c'est ce marché mondial qui tire la hausse des prix actuellement, avec un emballement depuis le Covid autour du beurre et de la poudre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

La FNSEA appelle tout son réseau et l’ensemble de ses filières à se mobiliser à partir du 8 février à Paris et jusqu’au 20 février dans toute la France

a annoncé le syndicat dans un communiqué le 3 février.