Le Réveil Lozère 02 avril 2022 a 08h00 | Par JG

Égalim 2 à l'épreuve de l'inflation

Dans le cadre du Plan de résilience, le gouvernement demande de « nouvelles négociations commerciales » pour répercuter l'inflation, accentuée par la guerre en Ukraine. Sans prendre de mesures réglementaires, il compte sur les mécanismes des lois Égalim pour faire évoluer les tarifs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vendredi 17 mars, réunion agricole et agro-alimentaire dédiée à la crise ukrainienne au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.
Vendredi 17 mars, réunion agricole et agro-alimentaire dédiée à la crise ukrainienne au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. - © Cheick Saidou - agriculture.gouv.fr

Comme annoncé lors de la présentation du plan de résilience, le gouvernement a réuni, le 18 mars, les acteurs de la chaîne alimentaire pour demander aux industriels et aux distributeurs de « se remettre autour de la table » et revoir le contenu des contrats conclus lors des négociations commerciales. Il appelle les parties prenantes à « un effort de solidarité indispensable » pour faire passer les hausses « nécessaires » sur les marques nationales et les marques de distributeurs (MDD), ont expliqué à la presse les cabinets des ministres de l'Agriculture et de l'Industrie à l'issue de la réunion.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.