Le Réveil Lozère 04 janvier 2023 a 09h00 | Par Sophie Chatenet

Elva Novia toujours en mouvement

Elva Novia a tenu son assemblée générale à Montbeugny, dans l'Allier. L'occasion pour son président de réitérer l'ambition de la coopérative : proposer de la génétique au meilleur coût en respectant les besoins des adhérents.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Au premier plan, une partie des membres du conseil d'administration dont le président (à droite sur la photo), Laurent Ferrier.
Au premier plan, une partie des membres du conseil d'administration dont le président (à droite sur la photo), Laurent Ferrier. - © Sophie Chatenet

Dans un climat incertain pour l'élevage avec une décapitalisation qui s'accélère, des charges qui explosent, et un défaut de visibilité récurrent, des éleveurs font le pari de jours meilleurs en investissant sur l'un des maillons fort de leur secteur : la génétique. La coopérative Elva Novia qui rayonne sur sept départements (Côte d'Or, Saône-et-Loire, Nièvre, Ain, Allier, Puy-de-Dôme et Creuse) les accompagne au quotidien. « Si on analyse de près les EBE des exploitations, on s'aperçoit que ce sont les élevages qui ont su utiliser les nouvelles technologies qui résistent mieux », a indiqué Laurent Ferrier, éleveur de montbéliardes en Saône-et-Loire, et président d'Elva Novia, à l'occasion de l'assemblée générale de la structure, organisée dans l'Allier.

Géobiologie : « Les animaux sont sensibles aux ondes »

En préventif parfois, en curatif la plupart du temps, Éric Fulchiron intervient auprès d'éleveurs, majoritairement laitiers, qui s'interrogent sur un changement de comportement de leurs animaux qui peut se manifester par une baisse de la fertilité, de l'agitation dans la salle de traite, un évitement systématique de certaines zones du bâtiment... En qualité de géobiologiste, il étudie les caractéristiques du lieu, les équipements électriques notamment, et leur possible impact sur le vivant. « Nous faisons de l'acupuncture du sol. L'emprise d'un bâtiment est telle que les problèmes liés au sol sont très fréquents », a indiqué le professionnel, invité à témoigner lors de l'assemblée générale d'Elva Novia. À l'origine des troubles, l'expert rencontre souvent des courants parasites générés par une ligne à haute tension, un défaut d'isolation de câbles, une antenne relais, une clôture électrique mal positionnée, un onduleur trop proche du bâtiment, etc. Son rôle : identifier la source des parasites et préconiser des changements pour rétablir l'harmonie. S'il ne fallait retenir qu'une seule de ces suggestions, ce serait celle de l'équipotentialité : « toutes masses métalliques doivent être reliées entre elles et mises à la terre ». Un principe de base qui pourrait, selon lui, éviter bon nombre de problèmes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.