Le Réveil Lozère 18 septembre 2019 a 10h00 | Par YG

Elvéa planche sur les interférences entre bovins laitiers et allaitants

Mal valorisée, la viande hachée issue du troupeau laitier plombe le marché de la viande bovine. Un phénomène qui s’est accéléré depuis la fin des quotas.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Sophie Chatenet

C’est une première : en juillet, les produits élaborés ont représenté plus de la moitié des viandes de boucherie consommées en France. Une progression principalement nourrie par la viande issue du troupeau laitier, mal valorisée et plombant l’ensemble du marché. À l’occasion de son assemblée générale, le 5 septembre à Paris, Elvéa France (réseau d’organisations de producteurs) a ouvert le débat sur ce sujet crucial pour l’avenir de la filière.
« Tous bovins confondus, la moitié de la production de viande française provient du troupeau laitier », constate Germain Milet, économiste à l’Institut de l’élevage (Idèle). « En vaches allaitantes, 36 % de la viande sont transformés, complète-t-il. En vaches laitières, ce sont 72 %. Or, les produits transformés sont le segment le moins rémunérateur du marché. »
La filière bovine souffre depuis longtemps de ce « déficit structurel du muscle au profit du steak haché », déplore Henri Gabriel, secrétaire général de la Fedev (abatteurs). Ce déséquilibre s’est aggravé depuis la fin des quotas laitiers. « Les éleveurs ont augmenté leur production et optimisé leur nombre d’animaux par rapport à leur capacité fourragère, observe Germain Milet. Par manque de place, ils sont moins nombreux à bien finir les vaches de réforme. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1526, du 19 septembre 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.