Le Réveil Lozère 04 mars 2021 a 11h00 | Par YG

Emmanuel Macron veut donner un second souffle aux Égalim

En l'absence de Salon de l'agriculture, le chef de l'État s'est rendu dans une exploitation agricole à Étaules (Côte-d'Or) le 23 février. À une semaine de la fin des négociations annuelles, Emmanuel Macron s'est employé à tracer des perspectives pour pacifier les relations commerciales.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
En l'absence de Salon de l'agriculture, le chef de l'État s'est rendu dans une exploitation agricole à Étaules (Côte-d'Or) le 23 février. À une semaine de la fin des négociations annuelles, Emmanuel Macron s'est employé à tracer des perspectives pour pacifier les relations commerciales.
En l'absence de Salon de l'agriculture, le chef de l'État s'est rendu dans une exploitation agricole à Étaules (Côte-d'Or) le 23 février. À une semaine de la fin des négociations annuelles, Emmanuel Macron s'est employé à tracer des perspectives pour pacifier les relations commerciales. - © Guillaume Perrin - La Marne agricole

Porcs élevés sur paille et vendus en direct, rotations allongées avec introduction de légumineuses, haies pour favoriser la biodiversité, certification HVE 3 sur les rails... Près de Dijon (Côte-d'Or), la ferme d'Étaules, sélectionnée pour la visite d'Emmanuel Macron le 23 février, coche toutes les cases des « transitions » souhaitées par l'Élysée. Un cas d'école idéal pour que le chef de l'État rappelle la condition indispensable pour mener à bien ces évolutions : « Donner de la visibilité » aux producteurs. Une semaine avant la fin des négociations commerciales annuelles - particulièrement tendues cette année - la répartition de la valeur était au coeur du déplacement présidentiel. « Aujourd'hui même, des grands distributeurs demandent -10 % à des producteurs de charcuterie », a dénoncé Emmanuel Macron lors d'une table ronde réunissant des acteurs des filières alimentaires. « On se fiche du monde », a-t-il tonné, considérant que « ceux qui ne jouent pas le jeu ont un train de retard » sur les attentes des consommateurs.

La filière laitière mise en avant
Au-delà de cette saillie verbale, les échanges ont été marqués par un ton policé, contrastant avec l'ambiance délétère des négociations commerciales. La part belle a été faite à la filière laitière, qui « fait partie des filières qui me rendent optimiste », considère Emmanuel Macron, avec des initiatives vertueuses, comme celle de l'APBO (association des producteurs laitiers Bel de l'ouest). À l'origine, ses 170 éleveurs voulaient construire « une autre manière d'envisager nos relations avec notre premier acheteur », résume le président de l'APBO Gilles Pousse. En 2018, l'association a proposé à Bel un cahier des charges visant une plus juste rémunération des producteurs, des vaches ayant accès au pâturage et nourries sans OGM. La contrepartie ? Un prix de base de 350 EUR les mille litres, assorti de 21 EUR de primes. Malgré de nombreuses initiatives dans le même sens, la filière laitière reste « loin de l'objectif », déplore Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL (producteurs de lait, FNSEA) : « Les indicateurs de coût de production ne sont soit pas utilisés du tout, soit utilisés pour une partie minimale des échanges. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).