Le Réveil Lozère 19 mai 2021 a 11h00 | Par AgraPresse

En coméco, les députés réduisent le champ du futur contrôle administratif

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Suivant l'avis du Conseil d'État, la commission des affaires économiques (Coméco) de l'Assemblée nationale a adopté, le 12 mai, une réduction du champ du futur contrôle administratif des transferts de parts d'exploitations agricoles sous forme sociétaire, prévu par la proposition de loi de Jean-Bernard Sempastous (LREM). La nouvelle version du texte vise les opérations aboutissant à un taux de participation supérieur à 50 % et non plus 25 %. Le Conseil d'État avait estimé que le seuil de 25 % pourrait être regardé comme soumettant de « manière excessive » à contrôle administratif les investissements dans le marché sociétaire, et portant une « atteinte disproportionnée à la liberté d'entreprendre et au principe de liberté de circulation des capitaux dans l'UE ». Ce taux de 25 % était lié au projet de recours au registre des bénéficiaires effectifs (RBE), associé au code monétaire et financier visant le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Cette référence a été retirée du texte. Cette modification est la principale apportée au texte durant ce passage en commission. Sur les 46 amendements adoptés, beaucoup sont « rédactionnels », c'est-à-dire qu'ils remplacent un ou deux mots d'un alinéa. Les débats se poursuivront à l'hémicycle, lors de la discussion en séance publique les 25 et 26 mai.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.