Le Réveil Lozère 21 juillet 2021 a 10h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

En Paca, 147 000 ha d'anciens espaces agricoles revalorisables, selon le ministère

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Une étude commandée par le Centre d'études et de prospective (CEP) du ministère de l'Agriculture estime à 147 000 ha d'anciens espaces agricoles potentiellement revalorisables en Paca pour répondre aux demandes de développement des filières agricoles. Les besoins fonciers des filières sont évalués à 59 000 ha dans les dix prochaines années. « En Paca, les besoins les plus importants se trouvent du côté des grandes cultures (15 000 ha, notamment pour approvisionner les usines Panzani), suivies par la viticulture (10 000 ha) puis l'arboriculture (près de 5 200 ha) ». Cette étude examine différentes pistes de revalorisation des terres en friche et des boisements à potentiel productif : des solutions amiables, telles que l'animation foncière amiable pour convaincre les propriétaires de mettre à disposition leurs parcelles, ou l'Échange et cession amiable d'immeubles ruraux (Ecir). Des solutions plus coercitives pour les propriétaires, telles que l'Aménagement foncier agricole forestier et environnemental (Afafe) à l'initiative d'une commune. Et aussi des outils de contractualisation environnementale, comme les Maec, les obligations réelles environnementales, les baux ruraux environnementaux ou les paiements pour services environnementaux (PSE).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Le projet prévoirait, dans une phase de transition, l’accompagnement de chaque collaborateur et un soutien individualisé aux éleveurs

expliquait Danone dans un communiqué, suite à son annonce de la conversion de sa laiterie de Villecomtal-sur-Arros (Gers) en usine de boissons végétales.