Le Réveil Lozère 04 mars 2021 a 13h00 | Par AG

En Seine-Maritime, M. Denormandie met l’accent sur les produits locaux

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Lors d’un déplacement en Seine-Maritime le 1er mars, Julien Denormandie a mis en avant l’approvisionnement local en restauration collective, s’appuyant sur un « bel exemple de valorisation » en race normande, rapporte le président de l’Apca (chambres d’agriculture) Sébastien Windsor. Cette filière longue est basée sur la contractualisation et sur un cahier des charges pour l’engraissement, qui permet de « valoriser jusqu’à 50 à 60 centimes de plus au kilo », d’après cet agriculteur de Seine-Maritime, qui participait à la visite. Ce déplacement a été l’occasion pour les professionnels de regretter la définition trop restrictive des produits concernés par la disposition de la loi Égalim qui prévoit, d’ici début 2022, 50 % de produits locaux, bio, sous Siqo ou durables en restauration collective. « Actuellement, des labels comme Bleu-blanc-cœur ou Saveurs de Normandie ne rentrent pas dans ce cadre », déplore Sébastien Windsor dans un entretien à Agra presse. Le ministre de l’Agriculture s’est montré « ouvert » à ce que ce type de produits soit favorisé dans le cadre des PAT (projets alimentaires territoriaux), d’après le président de l’Apca. Cette voie permettrait de « sécuriser l’approvisionnement en produits locaux », espère la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, également présente lors de la visite ministérielle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Cette décision est une bonne nouvelle pour développer les panneaux sur toitures et l’autonomie dans nos fermes

ont commenté les Jeunes agriculteurs, par opposition à « la multiplication tous azimuts [du photovoltaïque] au sol ».