Le Réveil Lozère 22 mai 2019 a 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

« En termes de qualité, il est dur de faire mieux »

La filière Boeuf fermier Aubrac compte aussi parmi ses rangs des bouchers. Installé à Marvejols, en Lozère, Bruno Alle vante les mérites de la filière auprès des consommateurs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Bruno Alle découpe chaque semaine une carcasse de BFA.
Bruno Alle découpe chaque semaine une carcasse de BFA. - © Aurélie Pasquelin

Depuis trois ans, Bruno Alle commercialise de la viande de Boeufs fermier Aubrac (BFA) au sein de sa boucherie. Installé à Marvejols, non loin de l'abattoir d'Antrenas, l'artisan travaille une carcasse chaque semaine. « Travailler directement sur la carcasse, c'est mon métier, confie l'intéressé. Je l'ai choisie en fonction de sa qualité mais aussi de son origine. J'essaye de trouver une bête de la meilleure qualité possible et qui vienne d'un élevage le plus proche possible. »

Des animaux et un abattage locaux
Un travail qui est possible dans la filière BFA puisque pour chaque carcasse, le boucher sait de quel élevage provient l'animal. « C'est un vrai plus pour nous, continue le boucher qui affiche même l'élevage d'origine de l'animal au milieu de sa vitrine. La plupart des clients qui viennent dans ma boutique pour acheter de la viande de boeuf veulent de l'Aubrac. Alors quand ils voient le Label rouge, l'appellation "Boeuf fermier" et même le nom de l'exploitation de l'animal, ils sont ravis. En plus, l'abattoir d'Antrenas étant situé à quelques kilomètres à peine, c'est un produit que l'on vend en circuit court, ce qui plaît aux clients comme à moi. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1511, du 23 mai 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.