Le Réveil Lozère 04 mars 2021 a 13h00 | Par AG

Entrée en vigueur de l’accord entre l’UE et la Chine

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Conclu en novembre 2019, l’accord bilatéral UE-Chine, visant à protéger contre les usurpations et imitations cent indications géographiques (IG) européennes en Chine et cent IG chinoises dans l’Union, vient d’entrer en vigueur le 1er mars. Parmi les produits européens protégés figurent notamment le champagne, le cava, la feta, l’Irish whiskey, la münchener bier, le porto, le prosciutto di Parma ou encore le queso manchego. Du côté chinois, la liste comprend entre autres le pixian dou ban (pâte de haricots), l’anji bai cha (thé blanc), le panjin da mi (riz) et l’anqiu da jiang (gingembre). Au cours, des quatre prochaines années, il sera étendu à 175 nouvelles IG venant des deux partenaires et suivant la même procédure d’examen et d’opposition. Finalement, l’accord contribuera à garantir l’authenticité des IG européennes et chinoises et à préserver leur réputation tout en renforçant la relation commerciale sino-européenne. En 2020, l’empire du milieu était la troisième destination pour les produits agroalimentaires de l’UE, atteignant 16,3 milliards d’euros sur 11 mois, de janvier à novembre, indique la Commission européenne. Tout en précisant qu’il s’agit de la deuxième destination des exportations européennes de produits portant une IG.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Cette décision est une bonne nouvelle pour développer les panneaux sur toitures et l’autonomie dans nos fermes

ont commenté les Jeunes agriculteurs, par opposition à « la multiplication tous azimuts [du photovoltaïque] au sol ».