Le Réveil Lozère 05 octobre 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

« Entrons en résistance »

Vendredi 30 septembre, au mont Mouchet, à l'appel de Mickaël Tichit, éleveur ovin durement touché par les attaques de loup cet été, une mobilisation a été organisée, rassemblant des éleveurs de Lozère, du Cantal et de Haute-Loire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo

Après la manifestation tendue de lundi 26 septembre à Mende, une seconde mobilisation d'agriculteurs contre le loup a eu lieu au mont Mouchet, haut lieu de la résistance, comme n'ont pas manqué de le rappeler avec force les différents intervenants de l'après-midi. Cette seconde mobilisation, qui se voulait apolitique, a réuni des agriculteurs et des élus de Lozère, de Haute-Loire et du Cantal, tous touchés par la problématique du loup sur leurs territoires et dans leurs exploitations.
Une pétition a d'ailleurs circulé durant tout l'après-midi, demandant « la sortie de la convention de Berne », puisque « la cohabitation loup et élevage est impossible ». Selon Mickaël Tichit, près de 680 signatures ont été récoltées, et certains prévoyaient déjà de faire tourner les feuilles lors du Sommet de l'élevage (du 4 au 6 octobre), notamment. À terme, les manifestants espèrent remettre, en mains propres, cette pétition aux ministres concernés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.