Le Réveil Lozère 01 avril 2020 à 11h00 | Par Agrafil

Environ un quart des marchés de plein vent ont été rouverts

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis l’annonce de l’interdiction des marchés de plein vent à partir du 24 mars, environ un quart des 10 000 marchés de plein vent ont obtenu une autorisation préfectorale pour être rouverts, selon Monique Rubin, présidente de la Fédération des marchés de France, interrogée par Agra Presse le 30 mars. L’estimation est tirée des listes publiées par chaque préfecture. Ce sont « pour la majorité des marchés de très petites communes, constate Monique Rubin. Seulement 210 marchés sont ouverts dans des communes de plus de 2 500 habitants ». Dans les grandes villes, justement, les réouvertures se font parfois avec un nombre d’exposants limité (cinq exposants par marché à Grenoble). Trop limité, selon la fédération, qui demande un plancher fixé à la moitié du nombre d’exposants et une répartition égale entre producteurs, artisans et commerçants. Le nombre d’autorisations pourrait augmenter dans les jours prochains, espère la fédération : « Il faut raison garder, le protocole est tombé sur le bureau des préfets vendredi, ils font suivre les infos aux maires, qui prennent le temps d’y réfléchir. Je suis optimiste, peut-être que nous allons doucement vers une réouverture complète. » La fédération recense à ce jour « une dizaine de départements dont les préfectures n’ont accordé aucune dérogation ». Parmi elles, il y a notamment Paris et ses 98 marchés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui