Le Réveil Lozère 01 juillet 2020 à 09h00 | Par Emmanuelle Perrussel

Équipé pour le triage des semences

Le triage des semences à la ferme est une pratique répandue en grandes cultures ou en élevage. En agriculture biologique, cette pratique revêt plusieurs intérêts. Témoignage de Jean-Charles Jocteur, céréalier bio et associé de la SARL Menajoc à Corbas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le triage des semences à la ferme est une pratique répandue en grandes cultures ou en élevage. En agriculture biologique, cette pratique revêt plusieurs intérêts. Témoignage de Jean-Charles Jocteur, céréalier bio et associé de la SARL Menajoc à Corbas.
Le triage des semences à la ferme est une pratique répandue en grandes cultures ou en élevage. En agriculture biologique, cette pratique revêt plusieurs intérêts. Témoignage de Jean-Charles Jocteur, céréalier bio et associé de la SARL Menajoc à Corbas. - © Emmanuelle Perrussel

Malgré une production de semences biologiques de grandes cultures en hausse, la difficulté d’approvisionnement en variétés adaptées et des prix trop élevés sont constatés. C’est ce qu’a révélé une étude publiée par le Gnis (interprofession des semences et plants) en 2013. Dans ce contexte, de plus en plus d’agriculteurs, notamment en agriculture biologique, font le choix de produire eux-mêmes leurs semences. C’est le cas des associés de la SARL Menajoc à Corbas : Jean-Charles Jocteur et Sébastien Maldera. En agriculture biologique (AB) depuis onze ans, la SARL Menajoc est spécialisée dans la production de blé, orge, triticale, soja, colza, sorgho avec de petites surfaces de pois chiches et de lentilles. Elle compte aussi des prairies de luzerne et de trèfle. Les productions céréalières sont vendues au Moulin Marion et à Bio-Agri. Une partie du blé est également transformée à la ferme en pain par Sébastien Maldera et sont ensuite vendus en direct sur les marchés et en Amap.
« Le triage des semences à la ferme a démarré lors du passage à l’AB. Nos objectifs sont d’avoir un joli grain, propre (sans mauvaises herbes, cailloux, insectes…). Économiquement, c’est intéressant car acheter des semences bio est onéreux. Par exemple, sur 1 000 € la tonne de blé, on gagne environ la moitié », note Jean-Charles Jocteur.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1567, du 2 juillet 2020, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui