Le Réveil Lozère 05 juin 2019 a 10h00 | Par Mélodie Comte

Et pourquoi ne pas investir dans les essences nobles ?

Dans les sols riches de la plaine, il est possible d’envisager la plantation d’essences nobles dans une haie brise-vent et de réaliser ainsi un investissement doublement avantageux.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
« Les arbres sont un capital qui peut rassurer des financeurs », explique Stéphane Hekimian de la Mission haies Auvergne.
« Les arbres sont un capital qui peut rassurer des financeurs », explique Stéphane Hekimian de la Mission haies Auvergne. - © MC

Chaque année dans les secteurs de plaines, les agriculteurs sont nombreux à replanter des haies. Le premier objectif de cet aménagement végétal est de réduire le phénomène d’érosion éolienne ayant un impact significatif sur la production céréalière ou les animaux. Un aménagement alors indispensable auquel il est possible de donner une seconde vocation. Dans les sols riches à faible altitude, pourquoi ne pas intégrer des essences nobles et réaliser ainsi un investissement à long terme ?

Suite de l'article à lire dans le dossier bois du Réveil Lozère n°1513, du 6 juin 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.