Le Réveil Lozère 01 avril 2020 a 11h00 | Par Patricia Olivieri

« Éviter qu'on jette du lait et qu'on détruise des fromages »

Les filières AOP d'Auvergne ont été dès le milieu de semaine dernière fortement touchées par l'effondrement du marché de la restauration hors foyer. Des solutions provisoires ont été trouvées.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Jérôme Chabannes - Illustration

Si jusqu'à présent, au terme d'une première semaine de confinement, la filière bovins viande a bien résisté dans son ensemble, la situation s'est très vite tendue pour la filière fromagère. La fermeture des écoles dès le 16 mars suivie le lendemain du confinement et de la fermeture de la restauration hors domicile a fait plonger la demande en RHF (restauration hors foyer). « Les circuits classiques de distribution des fromages AOP - notamment en crémeries, à la coupe... - ont été complètement déstabilisés tout comme les PME qui fabriquent ces produits d'appellation, explique Michel Lacoste, président du Cnaol (Comité national des appellations d'origine laitières). Face à cet affolement, les GMS (grandes et moyennes surfaces) ont appliqué la règle du 80-20 %, elles ont prioritairement orienté leurs achats vers les opérateurs à même de fournir les plus importants volumes, aux détriments des PME dont les produits AOP sont davantage vendus à la coupe qu'en libre-service. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.