Le Réveil Lozère 14 octobre 2020 a 14h00 | Par Patricia Olivieri

FDSEA et JA demandent des comptes aux opérateurs

Après plusieurs semaines de baisse des prix du broutard, les éleveurs du Cantal ont bloqué mardi deux centres d’allotement et promettent de visiter tous les opérateurs de la filière.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Après plusieurs semaines de baisse des prix du broutard, les éleveurs du Cantal ont bloqué mardi deux centres d’allotement et promettent de visiter tous les opérateurs de la filière.
Après plusieurs semaines de baisse des prix du broutard, les éleveurs du Cantal ont bloqué mardi deux centres d’allotement et promettent de visiter tous les opérateurs de la filière. - © Patricia Olivieri

La filière broutards va mal et l’état de santé du malade – du moins de son organe vital – s’est aggravé cet été : « Tout le monde perd du pognon, tous les ans ! Sauf que la variable d’ajustement sur le prix du maigre, c’est toujours l’éleveur. C’est insupportable et avec la situation climatique compliquée, on n’y arrive plus ! a fustigé mardi Joël Piganiol, interpellant Jean-Luc Lacombe, salarié de l’entreprise Parma France. On estime que nos animaux ont de la valeur et on a encore en tête les « mots d’amour » de M. Savi* il y a quelques années au lycée agricole d’Aurillac… » Sur le diagnostic clinique, éleveurs et opérateurs sont d’accord. Sur l’origine du mal et l’ordonnance, les avis sont largement divergents comme l’ont montré les discussions engagées mardi après-midi lors du blocage de deux centres d’allotement (Parma France aux Quatre routes de Salers, et Eurofeder à Aurillac) orchestré par la FDSEA et les Jeunes agriculteurs du Cantal, déterminés à « visiter » l’ensemble des opérateurs privés et coopératifs de la filière.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).