Le Réveil Lozère 28 avril 2022 a 12h00 | Par AG

Feu vert des co-législateurs au déblocage de la réserve de crise agricole

États membres et Parlement européen ont validé le transfert de 350 millions d'euros (sur les 497 millions disponibles) de la réserve de crise agricole pour financer l'aide d'urgence de 500 millions d'euros annoncée fin mars pour préserver le secteur agricole des conséquences de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
États membres et Parlement européen ont validé le transfert de 350 millions d'euros (sur les 497 millions disponibles) de la réserve de crise agricole pour financer l'aide d'urgence de 500 millions d'euros annoncée fin mars pour préserver le secteur agricole des conséquences de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.
États membres et Parlement européen ont validé le transfert de 350 millions d'euros (sur les 497 millions disponibles) de la réserve de crise agricole pour financer l'aide d'urgence de 500 millions d'euros annoncée fin mars pour préserver le secteur agricole des conséquences de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. - © François d'Alteroche/Illustration

Après le Conseil de l'UE, la commission des Budgets du Parlement européen a donné, le 20 avril, son feu vert au transfert de 350 millions d'euros de fonds de la réserve de crise agricole afin de financer en partie l'aide d'urgence de 500 millions d'euros annoncée fin mars. Cette aide de 500 millions d'euros répartie en enveloppes nationales (89 millions pour la France, 64 pour l'Espagne, 45 pour la Pologne...) est désormais disponible pour les États membres. Elle a été proposée par la Commission européenne afin de préserver le secteur agricole des conséquences de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. De plus, cette enveloppe pourra « exceptionnellement » être cofinancée par des soutiens supplémentaires des États membres à hauteur de 200 % maximum « compte tenu de l'ampleur de la crise actuelle ». Ce qui porte potentiellement le montant global de ces aides à 1,5 milliard d'euros. Les États membres disposeront de beaucoup de marges de manoeuvre pour l'utilisation de ces fonds dans la mesure où ils ne créeront pas de distorsions de concurrence.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.