Le Réveil Lozère 02 décembre 2020 a 10h00 | Par AG

Feu vert pour les méthodes « haie » et « vergers »

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Par deux décisions publiées au bulletin officiel le 26 novembre, le ministère de la Transition écologique a officiellement approuvé deux nouvelles méthodes de réduction des émissions de gaz à effets de serre pour le label Bas-carbone : la méthode « haies », et la méthode « vergers ». La première était portée par les chambres d'agriculture des Pays-de-Loire et de Bretagne, sur la base du projet Carbocage. Elle permettra à tous les exploitants s'engageant dans la plantation ou l'entretien durable de haies de vendre leurs crédits carbone sur le marché volontaire. L'aspect gestion, précisent les auteurs « s'appuie sur le plan de gestion durable des haies (PGDH) ». La méthode bas-carbone pour les vergers avait été déposée par la compagnie des amandes d'Arnaud Montebourg, aux côtés d'Agrosolutions. Le levier ciblé, expliquent les entreprises, « est la plantation d'une culture fruitière pérenne (verger) sur une terre non cultivée actuellement pour cet usage ». Sont concernés les fruits secs, comme les amandiers ou les châtaigniers, les fruits à pépins (pommiers, poiriers), les fruits à noyaux (abricotier, cerisiers, pruniers). Les petits fruits et l'olivier sont en revanche exclus. La méthode ne couvre pas les actions mises en place « au sein d'un verger déjà installé », préviennent ses auteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Nous avons eu l’agréable surprise de voir les Français présents aux achats

explique Cassandre Matras, responsable de projets au sein de l’Idele.