Le Réveil Lozère 10 février 2022 a 11h00 | Par ED

Fin des calamités : « beaucoup d'apiculteurs ne pourront pas suivre »

Le 8 février, le Sénat débattait du nouveau système de gestions des risques climatiques, qui supprime le dispositif des calamités agricoles au profit des contrats d'assurance. Ce dispositif qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023 est vivement critiqué par le secteur apicole qui craint la précarisation des exploitants.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le 8 février, le Sénat débattait du nouveau système de gestions des risques climatiques, qui supprime le dispositif des calamités agricoles au profit des contrats d'assurance. Ce dispositif qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023 est vivement critiqué par le secteur apicole qui craint la précarisation des exploitants.
Le 8 février, le Sénat débattait du nouveau système de gestions des risques climatiques, qui supprime le dispositif des calamités agricoles au profit des contrats d'assurance. Ce dispositif qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023 est vivement critiqué par le secteur apicole qui craint la précarisation des exploitants. - © Jean-Charles Gutner/Archives

Les gelées tardives de 2021 auront, une fois de plus, cruellement rappelé aux apiculteurs lozériens qu'ils étaient en première ligne face au bouleversement climatique. Cette année, comme en 2019, la cinquantaine d'apiculteurs professionnels du département a été contrainte de déclencher le dispositif public des calamités agricoles au vu de leurs pertes, avoisinant en moyenne 50 % de la récolte.
Henri Clément, apiculteur depuis plus de 30 ans en Lozère et secrétaire générale de l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF) s'attend à ce qu'une aide financière soit accordée au printemps prochain. « Notre secteur est une petite économie. Nous avons peu d'aides, c'est notre fierté mais aussi notre fragilité. Les calamités, c'est ce qui nous permet de passer le cap et de compenser un peu les mauvaises récoltes », explique-t-il.

Droits deux fois plus faibles pour les non-assurés
Autant de raisons pour le représentant des apiculteurs lozériens de déplorer la suppression par le gouvernement de ce « mécanisme de solidarité nationale », qui existait depuis 1964. Discutée par le Sénat le 8 février, la « réforme des outils de gestion des risques climatiques en agriculture » entend fonder un nouveau système centré autour des « assurances multirisques climatiques » (MRC) subventionnées par l'État.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.