Le Réveil Lozère 26 mai 2021 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Forêt durable en Terre-de-Peyre

Vendredi 21 mai, l'assemblée générale de l'association syndicale libre de gestion des forêts de la Terre-de-Peyre a eu lieu sur la parcelle forestière de Jean-Louis Blanquet, près de Serverette.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo

Si cette parcelle de neuf hectares a été choisie pour la visite de terrain, c'est parce qu'elle vient de bénéficier d'une coupe d'éclaircie, dans le cadre du plan de gestion des parcelles forestières de l'association, qui s'appuie sur un principe : gestion durable.
Cette coupe a notamment permis de prélever les arbres les plus tordus et les moins valorisables sur le marché du bois, qui sont notamment partis vers les usines de pâte à papier. « C'est une parcelle qui a été laissée à elle-même pendant de nombreuses années », a pointé Jean-Louis Blanquet, « et je considère cette coupe comme une amélioration pour l'avenir ». « Nous avons fait ce choix d'une petite coupe pour maîtriser à la fois le volume de travail sur les parcelles et en maîtriser l'exploitation », a souligné Vincent Garraud, gestionnaire forestier pour l'association, lors de la visite de terrain. C'est par ailleurs l'un des principes qui guide les actions de l'association depuis sa création en 2012 : regrouper les propriétaires forestiers pour mieux gérer les parcelles et les intérêts économiques des adhérents.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).