Le Réveil Lozère 02 septembre 2020 a 09h00 | Par MR, IL

France Stratégie veut mieux « proportionner » les aides Pac à l’environnement

« Les niveaux de rémunération [des aides Pac] ne sont pas proportionnés aux exigences environnementales », estime France Stratégie dans un rapport dédié à l’agroécologie publié le 5 août.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
« Les niveaux de rémunération [des aides Pac] ne sont pas proportionnés aux exigences environnementales », estime France Stratégie dans un rapport dédié à l’agroécologie publié le 5 août.
« Les niveaux de rémunération [des aides Pac] ne sont pas proportionnés aux exigences environnementales », estime France Stratégie dans un rapport dédié à l’agroécologie publié le 5 août. - © Aurélie Pasquelin / Illustration

Ces conclusions se basent sur une étude comparée des aides Pac et de la littérature scientifique disponible sur les différents référentiels pouvant se réclamer de l’agroécologie, dont le bio, la HVE, ou les MAEC.
Dans un premier temps, l’organisme de réflexion placé sous l’autorité de Matignon a attribué un score à chaque référentiel en fonction de ses exigences en matière de préservation des ressources en sol et en eau, et des utilisations d’intrants. Résultat : la bio et la HVE sortent en tête : « Au regard de notre analyse, ces deux cahiers des charges apparaissent clairement comme les deux référentiels les plus exigeants d’un point de vue environnemental. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.