Le Réveil Lozère 16 septembre 2020 à 10h00 | Par DB

« Gagner de la valeur ! »

L’assemblée générale de la section Sodiaal union Lozère, Aveyron, Aude, Tarn s’est déroulée vendredi 4 septembre à Baraqueville, sous la présidence de Sébastien Durand.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Benoît Gransagne, Sébastien Durand, et Damien Lacombe.
De gauche à droite : Benoît Gransagne, Sébastien Durand, et Damien Lacombe. - © DB

La section Sodiaal union Lozère, Aveyron, Aude, Tarn, créée en 2007, désormais présidée par le Lozérien Sébastien Durand (lire encadré), compte aujourd’hui 920 points de collecte de lait, dont 200 pour les brebis et dix pour les chèvres, soit environ 1 300 producteurs installés dans bon nombre de structures sociétaires, et 130 producteurs bio livrant 30 millions de litres de lait. « Notre filière AOP Roquefort (la Pastourelle) est sur une bonne dynamique depuis trois ans, comme celle du quatrième bassin où nous installons de nouveaux producteurs » indique l’Aveyonnais Damien Lacombe, président de Sodiaal union.

Site de Carhaix
Le groupe coopératif rassemblant en France près de 11 000 exploitations agricoles, et 18 000 éleveurs adhérents, affiche un excédent brut d’exploitation en hausse pour 2019, « Il illustre les effets positifs de notre plan #Value*, la meilleure valorisation du lait de consommation, des fromages, et de lait infantile » détaille Damien Lacombe. L’année 2019 a aussi été marquée par la reprise du site de Carhaix (usine chinoise Synutra basée en Bretagne) « qui produit du lait infantile permettant à notre groupe d’augmenter sa capacité de production ». « En même temps » poursuit le président de Sodiaal union, « le site de production de Montauban, dans notre région sud-ouest, a lancé une nouvelle ligne de production de lait infantile bio pour le marché européen, le Moyen Orient et l’Asie. Nous proposons également un produit « Nactalia bio » sur le marché français pour une enseigne nationale de produits bio. Tout cela contribue à bien valoriser le lait bio de cette région. C’est une chance de pouvoir bénéficier d’un tel site de proximité pour les producteurs du Sud-ouest ».
Les investissements nécessaires à la reprise du site de Carhaix ont généré « des frais jugés importants » reconnaît Damien Lacombe, « c’est ce qui explique le recul de notre résultat net. Il passe en effet de 12,7 millions d’euros à 9,2 millions d’euros ». Pour le président de Sodiaal union, « l’objectif 2020 est de poursuivre le développement de ces marchés que je viens d’évoquer, en continuant de suivre la feuille de route de notre plan #Value ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui