Le Réveil Lozère 19 novembre 2021 a 08h00 | Par LM

Gestion des risques : ce que l'on sait du projet de loi

Le projet de loi visant à réformer la gestion des risques en agriculture sera présenté en Conseil des ministres le 1er décembre. Pour l'heure, il est entre les mains du Conseil d'État. Voici ce que l'on sait de ce qui figurera dans le texte, ou sera réglé par décret ou ordonnance.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le projet de loi visant à réformer la gestion des risques en agriculture sera présenté en Conseil des ministres le 1er décembre. Pour l'heure, il est entre les mains du Conseil d'État. Voici ce que l'on sait de ce qui figurera dans le texte, ou sera réglé par décret ou ordonnance.
Le projet de loi visant à réformer la gestion des risques en agriculture sera présenté en Conseil des ministres le 1er décembre. Pour l'heure, il est entre les mains du Conseil d'État. Voici ce que l'on sait de ce qui figurera dans le texte, ou sera réglé par décret ou ordonnance. - © François d'Alteroche/Illustration

Le projet de loi (PJL) sur la réforme de l'assurance multirisques climatiques (MRC) et la refonte du régime des calamités - qui doit être présenté en Conseil des ministres le 1er décembre - renverra largement à des décrets et ordonnances, ont indiqué plusieurs sources concordantes à Agra Presse, à la suite d'une réunion de travail avec le ministre de l'Agriculture le 26 octobre.
Le PJL « ne vise pas à acter de la totalité de la réforme », a confirmé le cabinet de Julien Denormandie le 3 novembre. Il s'agit d'une loi « de structure » pour mettre en oeuvre le nouveau « cadre ». « À ce stade, on se concentre sur la rédaction du projet de loi, sur l'étude d'impact, sur les réponses [à apporter] au Conseil d'État [...] pour acter d'un point de non-retour et mettre le système sur les rails. Le paramétrage fin viendra dans le temps de l'application de la loi », a souligné la rue de Varenne.

Architecture à trois niveaux
Le texte, qui devrait contenir « un peu moins d'une dizaine d'articles » selon l'entourage du ministre, consacrera l'architecture à trois niveaux présentée dans un rapport remis par le député Frédéric Descrozaille (LREM, Val-de-Marne) le 26 juillet, dans le cadre du Varenne de l'eau. Selon cette architecture, le risque d'intensité faible est à la charge de l'agriculteur (1er niveau) ; le risque d'intensité moyenne est à la charge des assureurs (2e niveau) ; et les risques catastrophiques sont pris en charge par l'État au titre de la solidarité nationale (3e niveau).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.