Le Réveil Lozère 20 avril 2022 a 10h00 | Par GS

Grand gibier : des avancées dans la concertation entre forestiers et chasseurs

Face à la multiplication des cervidés, chasseurs et forestiers renforcent leur dialogue pour aboutir à des compromis favorables pour tous, notamment au travers de méthodes innovantes éprouvées ailleurs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Face à la multiplication des cervidés, chasseurs et forestiers renforcent leur dialogue pour aboutir à des compromis favorables pour tous, notamment au travers de méthodes innovantes éprouvées ailleurs.
Face à la multiplication des cervidés, chasseurs et forestiers renforcent leur dialogue pour aboutir à des compromis favorables pour tous, notamment au travers de méthodes innovantes éprouvées ailleurs. - © Aurélie Pasquelin/Archives

C'est un enjeu de gestion qui « reste toujours un peu tendu » reconnaît Loïc Molines, du Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF). Entre chasseurs et forestiers, il n'est pas toujours évident de se comprendre et de s'entendre pour intégrer les besoins de chacun. Surtout quand une partie des forestiers témoignent d'une « augmentation constante de la population de cervidés » en Lozère, alors qu'une partie des espaces boisées doivent aujourd'hui être replantés après coupe. Une opportunité liée au plan France relance qui a dédié 150 millions d'euros pour un fond forêt dédié selon le ministère de l'Agriculture « au renouvellement et à l'adaptation au changement climatique ». Selon le CRPF, près de 300 hectares de plantations sont en cours ou prévus en Lozère durant les prochaines saisons. Sauf que ces replantations sont particulièrement vulnérables aux chevreuils et aux cerfs, avec des pertes pouvant atteindre plusieurs milliers d'euros par hectare. Mais contrairement aux sangliers sur les cultures, les dégâts en forêt n'entraînent aucune indemnisation. L'action des chasseurs ne peut donc être que préventive. « De manière générale, la population de cervidés est stabilisée » estime Joseph Matera. Directeur depuis le printemps 2020 de la fédération départementale des chasseurs de Lozère, il convient de la subsistance de « quelques zones en déséquilibre » pour lesquelles « tout ce qui pourra être fait sera mis en oeuvre et intégré aux plans de chasse ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.