Le Réveil Lozère 08 septembre 2021 a 12h00 | Par Marc Labille

Herd-Book Charolais : l'ouverture en mode éleveur

Cet automne, le Herd-Book Charolais et Charolais France vont dévoiler un ambitieux projet de modernisation touchant le livre généalogique, les concours reconnus par le HBC, la carte de services...

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Cet automne, le Herd-Book Charolais et Charolais France vont dévoiler un ambitieux projet de modernisation touchant le livre généalogique, les concours reconnus par le HBC, la carte de services...
Cet automne, le Herd-Book Charolais et Charolais France vont dévoiler un ambitieux projet de modernisation touchant le livre généalogique, les concours reconnus par le HBC, la carte de services... - © EA 71

En cette veille d'automne, le Herd-Book Charolais met en oeuvre la modernisation sur laquelle il planche depuis plusieurs années. Cette réforme globale touche autant les concours que le livre généalogique ou la carte de services et elle a été conçue « par des éleveurs pour des éleveurs », défendent les responsables de la race. Dans cet esprit, l'ouverture du livre généalogique est une petite révolution voulue par les présidents de l'OS Charolais France Hugues Pichard et du HBC Sébastien Cluzel. Sous la responsabilité de l'OS, la gestion du livre continue d'être déléguée au Herd-Book. Mais le nouveau règlement zootechnique européen (RZUE) a donné l'occasion de le rendre plus accessible aux éleveurs charolais. Pour avoir des animaux mâles ou femelles inscrits au livre A+, trois générations de vaches validées CPB (certification de parenté bovine) suffisent désormais contre quatre auparavant. « C'est trois ans de gagnés dans l'entrée dans le livre », apprécie Sébastien Cluzel qui concède toutefois que trois générations, cela demeure long.

L'ouverture du livre
Aussi, le choix a-t-il été fait de faciliter l'entrée au livre pour les détenteurs d'animaux dotés de CPB. « De nombreux éleveurs sont en effet en CPB ce qui signifie qu'ils ont enregistré les naissances, les généalogies, les poids à la naissance sans pour autant avoir accès au HBC », explique Sébastien Cluzel. La volonté de l'OS et du HBC est clairement de les faire venir vers le livre car ils représentent « un réservoir de futurs adhérents pour l'avenir de la race », défendent les deux présidents. Pour « donner envie à ces éleveurs », le HBC propose désormais « un système tarifaire attractif d'adhésion à ses services assorti d'un accompagnement spécifique pendant cinq ans », détaille Sébastien Cluzel. Cette ouverture se double d'un dispositif d'entrée au livre généalogique plus progressif. Désormais, des mères avec une CPB validée et trois générations d'animaux connus de souches A+ donneront droit à valoriser deux mâles inscrits par an pendant trois ans, expose Sébastien Cluzel. En outre, les femelles certifiées « A », autrement dit « ayant été contrôlées morphologiquement par un expert HBC et certifiées conformes au standard de race, sans toutefois être en contrôle de performances, pourront, elles aussi, produire des mâles autorisés à accéder aux outils raciaux accompagnés de leur génotypage ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.