Le Réveil Lozère 22 décembre 2020 a 09h00 | Par Sophie Chatenet

ICHN, couplage, surfaces pastorales : trois sujets majeurs pour la Pac

À la veille de l’élaboration du plan stratégique national pour l’avenir de la Pac 2023, les élus du Massif central, réunis vendredi dernier à Clermont-Ferrand, ont rappelé les trois piliers garants d’une Pac forte et ambitieuse.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Si le taux de couplage venait à baisser, les départements du grand bassin allaitant seraient fortement pénalisés.
Si le taux de couplage venait à baisser, les départements du grand bassin allaitant seraient fortement pénalisés. - © SC

Les prochaines semaines vont être cruciales. Passé le cap des règlements de transition qui vont assurer la continuité de la Pac pour les exercices 2021 et 2022, ce sont les contours de la Pac 2023 qui vont s’écrire ces prochains mois. En effet, chaque État membre doit désormais établir son plan stratégique national (PSN) pour l’avenir de la Pac 2023. Dans ce cadre, les élus du Massif central en collaboration avec les autres massifs français (Alpes du nord, du sud, Vosges, Jura, Pyrénées et Corse) ont depuis dix-huit mois produit des propositions dans le cadre du livre blanc des Massifs français. Ce livre blanc en forme de projet politique pour l’agriculture est assorti de stratégies et d’outils garantissant « une Pac forte et ambitieuse pour créer de la valeur ajoutée économique et environnementale », résume Patrick Bénézit, président de la Copamac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.