Le Réveil Lozère 12 novembre 2021 a 12h00 | Par Flavien Roussel

Il remet les deux-roues d'antan au goût du jour

Depuis février, une boutique spécialisée s'est nichée à Castres. Éric Fédevieille y répare solex et mobylette et peut même les électrifier.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Éric Fédevieille convertit les Solex ainsi que certaines mobylettes et scooters à l'électrique.
Éric Fédevieille convertit les Solex ainsi que certaines mobylettes et scooters à l'électrique. - © Flavien Roussel

Quand on entre dans le magasin Pétrolette et Solexine au 48 avenue de Lavaur, à Castres un doux parfum de nostalgie et de mécanique chatouille les narines de n'importe quel visiteur. Pas question de s'apitoyer car ici, c'est une écologie pragmatique et intelligente qui règne. « Ma philosophie, c'est qu'on peut faire durer les choses ! Nous avons construit de superbes bécanes en France, plutôt que de les jeter, faisons-les durer ! Les vélos anciens sont robustes, les peintures tiennent longtemps, il faut les garder, les retaper », martèle sans faiblir Éric Fédevieille.

L'esprit du Solex dans les veines
Après plusieurs années dans la restauration, l'homme s'est lancé dans un nouveau métier de mécanicien. Mais pas pour n'importe quelle bécane ! Dans son enfance, la passion pour les Solex et les mobylettes est née, elle ne l'a jamais quitté. Convaincu qu'« il en faut pour tous les goûts », il n'a donc pas vu d'inconvénient à passer les bécanes à l'électrique. Afin de participer à l'effort commun pour consommer moins de carburant, le mécano a choisi de faire confiance à la société française Noil qui construit des kits d'électrification homologués. Après plusieurs mois de formation de mécanique deux-roues et l'obtention de l'agrément, il peut désormais convertir les Solex ainsi que certaines mobylettes et scooters. Les kits de rétrofit peuvent être installés sur un deux-roues immatriculé, ceci pour être éligibles à une prime de l'État. En France, une poignée de mécaniciens effectuent ce travail. Les clients viennent de partout : « Niort, Bordeaux, ou de la Côte- d'Azur, précise avec enthousiasme Éric Fédevieille. C'est un travail de très grande qualité et du matériel fiable ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

J’ai singulièrement envie d’avancer sur le dossier des haies

avait déclaré Marc Fesneau, le 16 novembre lors de la remise des prix de l’Afja (journalistes agricoles).