Le Réveil Lozère 01 avril 2020 à 11h00 | Par Patricia Flochon

Immersion dans l’élevage des raies d’eau douce

Le seul éleveur professionnel de France de raies d’eau douce est dans l’Ain. À Ramasse, Thierry Gallinica sélectionne et assure la reproduction des plus belles espèces de Potamotrygon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La magnifique black diamond, très prisée malgré sa redoutable épine.
La magnifique black diamond, très prisée malgré sa redoutable épine. - © Patricia Flochon

Initialement enseignant, Thierry Gallinica décide il y a quelques années d’opérer un tournant dans sa vie professionnelle et crée son entreprise d’élevage de raies d’eau douce en 2011 à Ramasse. Il y élève des poissons de la famille des Potamotrygonidae dans quelque 78 000 litres d’eau répartis dans plusieurs bassins. Principalement des Potamotrygon jabuti, leopoldi black diamond, motoro marbled, ainsi que des hybrides et des albinos. Ses premiers spécimens, Thierry Gallinica les a achetés à d’autres professionnels basés essentiellement en Europe de l’est et Europe du nord, Hollande, Allemagne, République tchèque, ainsi qu’en Asie. Il vend aujourd’hui ses Potamotrygon dans toute l’Europe, aussi bien à des particuliers qu’à des aquariums publics (Beauval, Montpellier, Amnéville, Lausanne…) et à des professionnels (76 % de ses ventes).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.