Le Réveil Lozère 06 janvier 2022 a 15h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Interbev précise ses objectifs pour la présidence française de l'UE

Dans un communiqué du 16 décembre, Interbev (interprofession bétail et viandes) fixe quatre conditions à remplir pour considérer la présidence française de l'Union européenne (PFUE) comme un « succès » sur le plan de la réciprocité des normes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Dans un communiqué du 16 décembre, Interbev (interprofession bétail et viandes) fixe quatre conditions à remplir pour considérer la présidence française de l'Union européenne (PFUE) comme un « succès » sur le plan de la réciprocité des normes.
Dans un communiqué du 16 décembre, Interbev (interprofession bétail et viandes) fixe quatre conditions à remplir pour considérer la présidence française de l'Union européenne (PFUE) comme un « succès » sur le plan de la réciprocité des normes. - © François d'Alteroche/Illustration

La filière demande que Paris « identifie » et « valide avec ses partenaires » les « normes européennes de bien-être animal à imposer en "miroir" aux produits importés », puis « impose ces clauses-miroirs dans la conditionnalité tarifaire des accords commerciaux en cours de négociation ». En cas d'absence de clauses-miroirs, Paris « devra s'opposer à toute nouvelle ouverture de contingents d'importation de viandes bovines », estime Interbev. Par ailleurs, l'interprofession réclame que « toute importation de viandes bovines issues de pays "à haut risque" au regard de l'enjeu de déforestation [soit] interdite » en l'absence de traçabilité individuelle des animaux. Enfin, Interbev exige d'obtenir « l'acte délégué tant attendu visant à interdire les importations européennes de viandes issues d'animaux « dopés » aux antibiotiques ». Prévu par le règlement sur les médicaments vétérinaires du 11 décembre 2018, ce texte doit « en théorie être pris par la Commission européenne avant le 28 janvier 2022 ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.