Le Réveil Lozère 08 janvier 2020 a 10h00 | Par Agrafil

Interdiction du sulfoxaflor et du flupyradifurone (JO)

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Par un décret publié le 31 décembre, le gouvernement a officiellement classé le sulfoxaflor et le flupyradifurone dans la liste des substances actives « présentant des modes d’actions identiques à ceux de la famille des néonicotinoïdes ». Les molécules seront donc interdites d’utilisation à partir du 1er janvier 2020. Le décret, soumis à consultation entre septembre et octobre 2019, correspond à l’application de la loi Égalim, qui interdit les néonicotinoïdes depuis septembre 2018. « C’est un pas dans le bon sens », estime Gilles Lanio, président de l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf). Les apiculteurs, souligne-t-il, attendent pour la suite des mesures sur les fongicides, dont les effets ont été « jusqu’ici très sous-estimés ou négligés ». Par un communiqué, le gouvernement indique qu’il travaille à un renforcement des conditions de délivrance des autorisations de mise sur le marché (AMM), « en intégrant notamment la toxicité chronique et les effets sublétaux sur les pollinisateurs ». Des critères très attendus par la filière apicole et les associations. Le tribunal de Nice, dans une décision rendue le 29 novembre, avait annulé les AMM, des produits Closer et Transform, contenant du sulfoxaflor. L’Anses, en raison du décret à venir, avait décidé de ne pas faire appel.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les engagements et les efforts fournis par tous les maillons de la filière semblent être reconnus et appréciés pour une grande partie des interrogés

se félicite Interbev (interprofession bétail et viandes), d’après un sondage publié le 24 février.