Le Réveil Lozère 31 août 2022 a 10h00 | Par GS

Jérôme Vigand et Caroline Vassal : une ténacité trop tardivement récompensée

Installés en élevage ovin depuis trente ans à Lanuéjols, Jérôme Vigand et Caroline Vassal ont longtemps été contraints de diversifier leur activité faute de volumes suffisants auprès des industriels laitiers. L'attribution fin 2019 de terres à Chapieu leur a permis de gagner un peu en autonomie sur leur ferme.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © GS

« Six heures du matin, c'est un peu la grasse matinée ». Jérôme Vigand et Caroline Vassal plaisantent à moitié quand ils racontent leurs journées. Trente ans qu'ils se sont lancés ensemble dans l'élevage ovin et qu'ils parent aux difficultés. Pas du genre à se lamenter, et pourtant leur vie agricole n'a pas été la plus aisée. Depuis 1992, ils travaillent ensemble sur le Gaec du Bignat, sur la commune de Lanuéjols. Cinquante hectares de surface utile et soixante supplémentaire de parcours sur le causse voisin, pour un cheptel de 700 brebis. Un peu juste mais « on n'est pas à plaindre » indique, modeste, Caroline Vassal. Arrivée de la région Paca en Lozère après un BTS tourisme, elle est d'abord restée dans le département « pour le paysan » et l'a rapidement rejoint sur l'exploitation. Au départ, Jérôme Vigand aurait « bien fait des chèvres, mais à l'époque la brebis c'était le seul modèle viable ». En 1992, ils se sont lancés ensemble sur l'exploitation paternelle avec un troupeau de 300 brebis Lacaune, destinées à la production de viande.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.