Le Réveil Lozère 05 août 2020 a 10h00 | Par AG

Juillet 2020 « au premier rang des mois de juillet les plus secs »

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Juillet 2020 sera probablement au premier rang des mois de juillet les plus secs », prévoit Météo-France dans un communiqué du 29 juillet. Avec des précipitations inférieures de 28 % en moyenne aux normales de saison, juillet 2020 devrait être « le mois de juillet le plus sec depuis 1959, loin devant juillet 1964 et juillet 1979 », détaille Météo-France. Le déficit de pluie, poursuit l’office météorologique, « touche plus particulièrement les régions du Sud-Ouest à la vallée de la Loire et au Nord-Est ». Conséquence de cette situation inédite, les sols sont secs dans toutes les zones affectées, « avec des valeurs particulièrement basses sur la région Grand Est ». « Cette sécheresse agricole est à surveiller d’Auvergne-Rhône-Alpes au Grand Est et des Hauts-de-France à la Basse-Normandie », alerte Météo France. Actuellement, 68 départements sont soumis à des mesures de restriction d’eau à cause de la sécheresse. Parmi ceux-ci, une vingtaine de départements du centre du pays présentent localement des niveaux relevés au stade « crise », prévoyant l’arrêt des prélèvements agricoles. Au niveau national, la très bonne recharge durant l’hiver 2019-2020 permet cependant à la plupart des nappes phréatiques de conserver un niveau de recharge proche de la moyenne, d’après les informations du BRGM.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).