Le Réveil Lozère 14 septembre 2022 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Julien Bonnal : un Qualiviande sous le signe de la limousine

Installé au Monteil, à Rieutort-de-Randon, Julien Bonnal va participer cette année à son premier Qualiviande, qui aura lieu samedi 17 et dimanche 18 septembre à Aumont-Aubrac.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Installé au Monteil, à Rieutort-de-Randon, Julien Bonnal va participer cette année à son premier Qualiviande, qui aura lieu samedi 17 et dimanche 18 septembre à Aumont-Aubrac.
Installé au Monteil, à Rieutort-de-Randon, Julien Bonnal va participer cette année à son premier Qualiviande, qui aura lieu samedi 17 et dimanche 18 septembre à Aumont-Aubrac. - © Marion Ghibaudo

En 2022, coup de chance ; le concours Qualiviande aura bien lieu. En 2020, la précédente édition de ce concours bisannuel avait dû être annulée pour cause de Covid-19. En termes de participation, il faut donc remonter à 2018 pour un point de comparaison : 61 exposants, toutes catégories confondues. En 2022, le même nombre devrait se retrouver sous la halle d'Aumont-Aubrac. Une belle opportunité pour les éleveurs de « comparer leurs animaux, présenter au grand public le panel très diversifié des élevages lozériens, sans oublier de passer un moment convivial », a pointé la chambre d'agriculture de Lozère, co-organisateurs du concours avec le Comel.

Une longue préparation...
Julien Bonnal a la limousine dans le sang : son grand-père avait lancé l'élevage avec des taureaux de la race, puis « mon père et mon oncle ont continué la tradition dans un Gaec familial dès les années 1990 ». Julien Bonnal représente donc, avec fierté, la troisième génération à élever des limousines sur la ferme. Et n'est pas près de changer de race : « dès mon plus jeune âge, j'ai été biberonné aux limousines », s'amuse-t-il. Avec cette nouvelle génération qui arrive aux commandes, le Gaec Bonnal s'est donc quelque peu transformé : le premier Gaec a été dissous pour que Julien Bonnal et son père puissent refonder un Gaec (le Gaec Bonnal J.-B.), tandis que son oncle créait un autre Gaec avec son propre fils, cousin de la famille. Le tout dans le même village, avec des bâtiments à quelques centaines de mètres l'un de l'autre, et tous deux consacrés aux limousines. « Ce qui me plaît dans cette race, c'est son côté technique, il faut continuellement les suivre pour s'assurer qu'elles vont bien », s'enthousiasme le jeune éleveur, qui en plus de s'intéresser à la génétique de son troupeau, n'oublie pas de se passionner aussi pour l'agronomie

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.