Le Réveil Lozère 07 octobre 2020 a 09h00 | Par AG

Julien Denormandie annonce un « plan » de mise en avant du frais en grande distribution

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le ministère de l’Agriculture et la grande distribution travaillent sur « un plan de mise en valeur des produits frais français » qui devrait être finalisé « dans les toutes prochaines semaines », a indiqué le ministre Julien Denormandie le 4 octobre dans l’émission « Dimanche en politique » sur France 3. « Quand vous rentrez dans un supermarché aujourd’hui, c’est quand même diablement compliqué pour reconnaître quel produit est issu de l’agriculture française », a-t-il déclaré, estimant que manger des produits frais est le premier pas vers une alimentation saine. « Quand vous achetez votre nourriture, vous faites un acte aussi pour votre santé, et aujourd’hui la meilleure agriculture au monde d’un point de vue nutritionnel, c’est l’agriculture française. » Interrogée par Agra Presse, l’interprofession de la pomme de terre fraîche (CNIPT) a dit « soutenir l’idée » d’un tel plan, tout en étant « circonspecte » sur la mise en œuvre vu certaines restrictions européennes. « Si plan il peut y avoir, nous serons très vigilants pour bien faire respecter l’aspect national », a ajouté la directrice générale du CNIPT Florence Rossillion, soulignant que l’approvisionnement frais et français n’est pas l’apanage de l’ultra-local et des circuits courts.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.