Le Réveil Lozère 02 septembre 2020 a 09h00 | Par AG

Julien Denormandie opposé à d’autres dérogations qu’en betterave

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Alors qu’une « modification législative » est annoncée par le gouvernement à l’automne pour ré-autoriser temporairement l’usage des néonicotinoïdes en enrobage de semences de betterave, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a semblé fermer la porte à des dérogations sur d’autres cultures, lors d’un entretien sur RTL le 27 août. Lorsque le journaliste lui a demandé s’il souhaite restreindre la ré-autorisation à « la betterave et rien que la betterave », le ministre a répondu : « Oui, pour deux raisons. Parce qu’il y a une spécificité, c’est que la [culture de] betteraves ne fait pas de fleur et qu’il y a un outil industriel qui est très particulier que sont les sucreries. Si elles n’ont pas de betterave, elles peuvent s’arrêter en un an, et mettre à plat toute une filière. » Début août, les maïsiculteurs de l’AGPM (FNSEA) avaient notamment fait savoir leur intérêt : « La voie dérogatoire pour l’accès aux solutions efficaces doit également être ouverte pour la culture du maïs ». D’après l’AGPM, cette culture est « également en situation d’impasse totale pour lutter contre les mouches ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).