Le Réveil Lozère 05 août 2022 a 12h00 | Par RM, YG

Kiev et Moscou concluent un accord sur des « couloirs sécurisés » d’exportation

En négociation depuis le début de la guerre en Ukraine, Kiev et Moscou ont réussi, sous l’égide des Nations unies et avec la coopération de la Turquie, à conclure un accord sur l’instauration de « couloirs sécurisés » pour exporter les quelque 20 Mt de céréales bloquées dans les ports ukrainiens de la mer Noire. L’UE, les États-Unis et l’Union africaine ont appelé à une mise en œuvre rapide de l’accord pour répondre aux besoins des marchés mondiaux malgré l’attaque russe du port d’Odessa le lendemain de la signature.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
En négociation depuis le début de la guerre en Ukraine, Kiev et Moscou ont réussi, sous l’égide des Nations unies et avec la coopération de la Turquie, à conclure un accord sur l’instauration de « couloirs sécurisés » pour exporter les quelque 20 Mt de céréales bloquées dans les ports ukrainiens de la mer Noire. L’UE, les États-Unis et l’Union africaine ont appelé à une mise en œuvre rapide de l’accord pour répondre aux besoins des marchés mondiaux.
En négociation depuis le début de la guerre en Ukraine, Kiev et Moscou ont réussi, sous l’égide des Nations unies et avec la coopération de la Turquie, à conclure un accord sur l’instauration de « couloirs sécurisés » pour exporter les quelque 20 Mt de céréales bloquées dans les ports ukrainiens de la mer Noire. L’UE, les États-Unis et l’Union africaine ont appelé à une mise en œuvre rapide de l’accord pour répondre aux besoins des marchés mondiaux. - © N. Ouvrard – Réussir SAS/Illustration

Après quatre mois de pourparlers, l’Ukraine et la Russie ont finalement conclu, le 22 juillet au palais de Dolmabahçe à Istanbul, avec la Turquie et les Nations unies, un accord relatif à l’instauration de « couloirs sécurisés » afin d’exporter les 20 Mt de céréales ukrainiennes bloquées dans les ports de la mer Noire. Les deux parties ont signé deux textes identiques, mais séparés, à la demande de Kiev qui refusait de parapher tout document avec Moscou.
Aux termes de cet accord valable quatre mois (et qui sera automatiquement reconduit si le délai ne suffisait pas), le temps de débloquer les céréales alors qu’une nouvelle récolte approche, trois ports dont Odessa, Tchornomorsk et Pivdenny ont déjà « repris le travail » a assuré le 27 juillet la marine ukrainienne. Avant de préciser que « la sortie et l’entrée des navires dans les ports maritimes se feront par la formation d’un convoi qui accompagnera le navire de tête. Mais cela sera précédé par le pénible travail des hydrographes pour déterminer les voies sûres ». Dans les deux prochaines semaines, l’Ukraine devrait, selon les dires de son vice-ministre ukrainien de l’Infrastructure, Iouri Vaskov, « être techniquement capable d’effectuer des exportations de céréales depuis tous les ports ukrainiens ». Un centre de coordination conjoint (CCC) installé au sein d’une académie militaire, inauguré officiellement le 27 juillet à Istanbul, permettra notamment d’établir le calendrier des rotations de navires en mer Noire, d’immatriculer et suivre les navires marchands ou encore d’assurer leur suivi via internet et par satellite. Il sera piloté par des délégués tant militaires que civils des parties impliquées : un Ukrainien, un Russe, un Turc et un représentant de l’ONU, assistés de leurs équipes respectives. Selon le ministre ukrainien de l’Infrastructure Oleksandre Koubrakov, « des navires ukrainiens accompagneront les convois, qui pourront transporter non seulement des céréales, mais aussi des fertilisants ». Des inspections des navires au départ et en direction des ports ukrainiens auront lieu sous le contrôle du CCC, dans l’un des ports d’Istanbul (Haydarpasa situé à l’entrée du Bosphore ou Ambarli situé dans la mer de Marmara), afin de répondre aux inquiétudes de Moscou, qui veut avoir la garantie que les cargos n’apporteront pas d’armes à l’Ukraine. Par ailleurs, un mémorandum d’accord devait accompagner le texte, signé par les Nations unies et la Russie, garantissant que les sanctions occidentales contre Moscou ne concerneront pas les céréales et les engrais, de manière directe ou indirecte. La Russie en faisait une condition sine qua non à la signature de l’accord.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.