Le Réveil Lozère 18 septembre 2021 a 08h00 | Par Marion Ghibaudo

L'abreuvement collectif : un projet pilote en Lozère

À Belvezet, l'abreuvement collectif est une affaire qui fonctionne depuis les années 1970. De nouveaux projets souhaitent s'inspirent de ce travail pour abreuver les bêtes en pâturage tout en économisant l'eau.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À Belvezet, l'abreuvement collectif est une affaire qui fonctionne depuis les années 1970. De nouveaux projets souhaitent s'inspirent de ce travail pour abreuver les bêtes en pâturage tout en économisant l'eau.
À Belvezet, l'abreuvement collectif est une affaire qui fonctionne depuis les années 1970. De nouveaux projets souhaitent s'inspirent de ce travail pour abreuver les bêtes en pâturage tout en économisant l'eau. - © Marion Ghibaudo

En 1977, Belvezet lance un remembrement sur sa commune, et les acteurs du projet imaginent un système d'abreuvement collectif par gravité, pour desservir les nombreuses pâtures qui bordent la commune, et qui n'ont pas de points d'eau.
« L'intérêt de ce système, qui fonctionne toujours quarante ans plus tard, explique Olivier Boulat, agriculteur et élu local, c'est qu'il n'y a aucun gaspillage d'eau », puisque le système fonctionne grâce à des flotteurs dans les abreuvoirs. Les abreuvoirs pleins, l'eau arrête de couler : « autre avantage, l'eau que nos bêtes consomment est fraîche et de qualité, à tous moments de la journée ». Le système utilise l'eau d'une source sur le sommet avoisinant, qui est ensuite amenée aux points d'abreuvement via un système de tuyaux, le tout régulé par des vannes et des clés. « Et c'est applicable dans toute l'Occitanie et la France entière », veut croire l'élu.
« À Belvezet, 130 points d'eau ont été implantés, pour 25 kilomètres de tuyaux », détaille l'agriculteur. Et 44 ans plus tard, souligne-t-il, le système fonctionne toujours, entretenu par les agriculteurs et la mairie : « Bien sûr, le matériel s'use et il faut le remplacer, mais c'est très économique ».
Fort de cette première expérience, il y a trois ans, la commune nouvelle de mont Lozère et Goulet*, avec le soutien de sa commission agricole et des techniciens de la chambre d'agriculture de Lozère et de l'Astaf, lance une réflexion pour étendre ce système d'abreuvoirs pour pouvoir l'étendre aux collectifs d'agriculteurs qui en feraient la demande.
« Nous avons pu développer cette étude grâce à un appel à projets Terra Rural** », a détaillé Hélène Fritsch, conseillère en développement local à la chambre d'agriculture. Une première étude a donc été réalisée en 2018-2019, « qui a démontré la pertinence de ce projet pour lequel les agriculteurs se sont montrés très intéressés ». Cette première phase d'enquête a porté sur les pratiques agricoles et les besoins en eau des agriculteurs du territoire visé. « Au total, a expliqué Hélène Fritsch, nous avons interrogé 31 agriculteurs, ce qui a permis de créer une cartographie avec des points d'abreuvement à créer ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).