Le Réveil Lozère 20 mai 2020 a 09h00 | Par Agrapresse

L’accès au stockage privé « trop restrictif », selon les industriels

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les conditions d’accès à l’aide au stockage privé de viande bovine sont « trop restrictives », déplore Mathieu Pecqueur, directeur général de Culture viande (industriels), auprès d’Agra Presse le 15 mai. Le premier frein est l’obligation de stocker des quartiers arrière entiers (soit avec l’os, soit désossés et découpés). « En France, il n’y a qu’un ou deux congélateurs capables de congeler des quartiers arrière entiers », explique M. Pecqueur. De plus, « une fois le quartier arrière découpé, les entreprises doivent tout stocker au lieu de mettre sur le marché les muscles qui ont de la valeur et stocker ceux qu’elles n’arrivent pas à vendre. » Deuxième mesure handicapante pour les industriels : le montant unique de l’aide, que les quartiers soient désossés ou pas. Face à la crise sanitaire, Bruxelles a accepté d’aider le stockage privé de 26 000 t de viande bovine (animaux de plus de 8 mois). Or, en semaine 19 (le stockage a été ouvert le jeudi 7 mai), seuls cinq États membres ont émargé à hauteur de 706 tonnes, d’après le syndicat. Plutôt que les gros bovins, c’est surtout « le veau qui est la production la plus en crise » et devrait bénéficier du stockage privé, estime Mathieu Pecqueur. Et de proposer « un budget mutualisé entre espèces », en utilisant les fonds non consommés pour les gros bovins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Nous avons eu l’agréable surprise de voir les Français présents aux achats

explique Cassandre Matras, responsable de projets au sein de l’Idele.