Le Réveil Lozère 24 juin 2020 a 10h00 | Par AG

L’accord sur les indications géographiques est en passe d’être finalisé

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Nous avons bien progressé sur la question des indications géographiques (IG, NDLR) et nous attendons la signature de l’accord UE-Chine sur ce dossier dans les semaines à venir et pour une entrée en vigueur dans un avenir proche », a expliqué Charles Michel, président du Conseil européen, lors d’une conférence de presse à l’issue du 22e sommet bilatéral UE-Chine, qui s’est tenu en vidéoconférence le 22 juin. « C’est une bonne nouvelle pour nos producteurs », a poursuivi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, également présente à cette occasion. Débutées en 2010, les négociations autour de cet accord ont abouti le 6 novembre 2019 à un texte visant à protéger 100 IG européennes en Chine et vice-versa. Le 22 juin, l’UE a également rappelé qu’elle s’attendait à ce que les exportateurs européens bénéficient immédiatement de mesures de facilitation des échanges dans le secteur agroalimentaire. Par ailleurs, l’exécutif européen s’est également félicité de la confirmation par la Chine que l’accord commercial de phase 1, signé le 15 janvier par Pékin et Washington, sera mis en œuvre selon les règles internationales de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et sans discrimination à l’égard des opérateurs de l’UE. La Chine ayant promis d’acheter au moins 12,5 milliards de dollars supplémentaires de produits agricoles américains en 2020 et au moins 19,5 milliards de dollars en 2021.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»