Le Réveil Lozère 11 décembre 2019 à 11h00 | Par Mélodie Comte

L’adaptation au changement climatique c’est aujourd’hui !

Lancé en 2015, le projet AP3C s’attache à mesurer et élaborer des solutions pour répondre aux conséquences du changement climatique sur les exploitations du Massif central.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Le projet de recherche et développement AP3C (adaptations des pratiques culturales au changement climatique), porté par le service interdépartemental des chambres d’agriculture (Sidam) en partenariat avec onze chambres d’agriculture du Massif central, est en cours de réalisation depuis 2015. L’observation des évolutions météorologiques des 35 dernières années met en lumière les effets du changement climatique dans le territoire. Ainsi, depuis 1980, la température moyenne annuelle a augmenté de 0,4°C tous les dix ans. La pluviométrie moyenne annuelle n’évolue guère, cependant l’évapotranspiration a progressé avec 25 mm supplémentaires perdus tous les dix ans.
Les projections faites par AP3C jusqu’en 2050 montrent que le climat devrait devenir progressivement plus sec, surtout à certaines périodes habituellement humides. De ces premièrs scénarios, d’autres ont émergé notamment les impacts sur la production agricole. La semaine dernière, l’ensemble des acteurs du projet se sont réunis à Lempdes (63) pour évoquer les premières pistes d’adaptation.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1538, du 12 décembre 2019, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui