Le Réveil Lozère 29 juillet 2020 à 09h00 | Par Suzanne Marion

L’additif enzymatique Evanesto® accélère la biodégradation des films plastiques de paillage

La start-up Carbiolice et le groupe Barbier unissent leurs savoir-faire pour mettre au point des films de paillage biodégradables avec Evanesto® inside.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ce nouveau film de paillage est testé sur 1 000 m².
Ce nouveau film de paillage est testé sur 1 000 m². - © Carbiolice

Un tout nouveau type de films de paillage biodégradables plus riches en plastique d’origine végétale (PLA), contenant l’additif enzymatique Evanesto® mis au point par Carbiolice, est en phase de développement grâce à la collaboration entre cette start-up riomoise (Puy-de-Dôme) et le groupe Barbier de Sainte-Sigolène (Haute-Loire), leader français dans la fabrication de films destinés à l’agriculture.
« Des tests sur ces films de paillage avec Evanesto® inside sont actuellement en cours au sein de plusieurs stations expérimentales d’horticulture. Installés sur des surfaces d’environ 1 000 m² pour des cultures longues, les films sont analysés de leur pose en champs jusqu’au suivi de leur désintégration. Prévue pour une durée d’un an, une comparaison des films sera réalisée avec un film classique en polyéthylène, un film de paillage biodégradable du marché ne contenant pas Evanesto® et des films de paillage avec Evanesto® inside. Les résultats complets de ces tests sont attendus pour mai 2021 » expliquent les deux entités dans un communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Depuis des semaines, un éleveur perd 150 euros par animal vendu.

a dénoncé le bureau du Berceau des races à viande du Massif Central (Brav, regroupant 22 départements).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui