Le Réveil Lozère 09 octobre 2019 a 11h00 | Par SC

L’Afrique, continent d’élevage avide de bonnes pratiques

L’Afrique de l’Ouest était l’invitée spéciale de ce Sommet 2019. Alors que les besoins de sa population en produits animaux sont exponentiels, le continent est à l’affût de conseils.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Un des représentants du Sénégal a participé au sommet africain, baptisé African Summit.
Un des représentants du Sénégal a participé au sommet africain, baptisé African Summit. - © SC

Si peu d’animaux d’élevage du continent africain étaient visibles au Sommet, en revanche de très nombreuses délégations issues de la Cofenabvi-AO, l’interprofession de la filière bétail à viande de l’Afrique de l’ouest, fondée en 2004 en Côte d’Ivoire étaient présentes. Jeudi matin, à l’ouverture du Sommet africain, au centre d’affaires du Zénith, Thomas Sawadogo, secrétaire permanent de la Cofenabvi-AO confiait : « Le commerce du bétail est très informel dans nos pays et traditionnel dans les pays du Sahel comme le Mali, le Burkina Faso ou le Niger pour alimenter les pays côtiers comme le Sénégal, le Bénin ou la Côte d’Ivoire, mais depuis l’apparition du djihadisme, le marché est très fortement perturbé, et beaucoup de marchés de bétail ne fonctionnent plus ». Au Burkina Faso, l’élevage concerne 80 % de la population, c’est dire l’importance du secteur…

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1529, du 10 octobre 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

L’été 2022 pourrait être marqué par des étiages ou des baisses de nappes marquées sur la totalité du territoire

selon un communiqué diffusé au lendemain d’une réunion du Comité d’anticipation et de suivi hydrologique (Cash).