Le Réveil Lozère 03 novembre 2021 a 13h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

L'agenda de la contractualisation pluriannuelle fixé par décret

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Parmi les trois décrets parus les 30 et 31 octobre, deux concernent directement les producteurs : le premier instaure une entrée en vigueur anticipée de la contractualisation pluriannuelle obligatoire pour quatre filières et un deuxième met en place une expérimentation du tunnel de prix pour la filière bovine. L'établissement d'un contrat pluriannuel entre l'agriculteur et son premier acheteur sera obligatoire dès le 1er janvier 2022 pour la filière bovine (jeunes bovins, génisses et vaches allaitantes), les porcs castrés et le lait de chèvre, le 1er juillet pour les broutards, et le 1er octobre pour le lait de brebis, contrairement au reste des filières concernées par la loi où l'obligation s'appliquera au plus tard au 1er janvier 2023. Le lait de vache fait, lui, déjà l'objet d'une obligation de contractualisation depuis 2011. Le deuxième texte entérine l'obligation d'introduire une clause fixant un tunnel de prix pour les contrats de la filière viande bovine : les parties prenantes des négociations doivent définir des « bornes », un prix minimal et maximal, entre lesquelles le prix pourra varier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.