Le Réveil Lozère 23 octobre 2019 a 09h00 | Par FC

L’agriculture peu concernée par les dépenses « non écologiques »

Le gouvernement a commandé un rapport à l’inspection générale des finances et du CGEDD pour examiner l’ensemble du budget de l’État à l’aune des questions environnementales (biodiversité, climat, eau…).

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les aides budgétaires nationales à l’agriculture sont globalement soit neutres, soit favorables à l’environnement. C’est la conclusion du rapport « Green Budget : proposition de méthode pour une budgétisation environnementale », réalisé par des experts de l’inspection générale des finances et du CGEDD, publié en septembre et présenté le 15 octobre au Sénat.
Ces travaux, commandés en avril par les ministères de la Transition écologique et des finances, visaient à « recenser les dépenses budgétaires et les mesures fiscales (prélèvements obligatoires et dépenses fiscales) ayant un impact environnemental significatif, positif ou négatif, afin de mesurer aussi précisément que possible cet impact ».
Les auteurs du rapport ont d’abord défini six objectifs environnementaux à l’aune desquels les politiques publiques devraient être évaluées : la lutte contre le changement climatique, la bonne gestion de la ressource en eau, le développement de l’économie circulaire, la lutte contre les pollutions, et la protection de la biodiversité.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1531, du 24 octobre 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.