Le Réveil Lozère 08 juillet 2021 a 12h00 | Par B. Parret

L'agriculture pour un retour aux sources

Ils ont bourlingué, fait d'autres métiers, mais ils ont souhaité s'installer agriculteurs pour la qualité de vie et retrouver leurs racines.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Émilie Mouliade et Aurélien Baumgartner ont eu envie de construire là où ils se sentent finalement le mieux, à savoir dans le Cantal.
Émilie Mouliade et Aurélien Baumgartner ont eu envie de construire là où ils se sentent finalement le mieux, à savoir dans le Cantal. - © B. Parret

Le parcours de formation, un BPREA, chacun en alternance au CFPPA de Saint-Flour, devrait les conduire à prendre les rênes de leur future exploitation en janvier 2022. Les deux jeunes candidats mettent à profit ces derniers mois pour peaufiner leur projet.
Aurélien Baumgartner, 30 ans, n'est pas issu du milieu agricole. Il a quitté Chaudes-Aigues pour ses études puis direction Toulouse où, durant sept ans, il a travaillé comme conseiller en gestion de patrimoine pour des particuliers. Émilie Mouliade, 27 ans, était modéliste pour une grande marque de vêtements pour enfants et elle accompagnait aussi des stylistes en lingerie.

Être indépendant
Des métiers, somme toute passionnants, et qu'ils aimaient. Mais aussi sympas soient-ils, ils n'ont pas résisté au souhait du jeune couple de privilégier leur vie privée et de gagner en indépendance. Surtout, Émilie Mouliade et Aurélien Baumgartner ont eu envie de construire là où ils se sentent finalement le mieux, à savoir dans le Cantal. « Même si je me plaisais dans mon métier, je n'arrivais pas à me projeter sur le long terme », confie Aurélien Baumgartner. Alors, tous les deux décident de quitter leur job avec la volonté de reprendre la ferme de la famille d'Émilie Mouliade, à La Vergne, sur les hauteurs de Chaudes-Aigues, à quelques encablures de l'Aubrac.
Ils rachètent les parts des parents d'Émilie Mouliade qui partent à la retraite. Leur projet est de poursuivre la production laitière en filière AOP laguiole. « Nous reprenons une exploitation en bonne santé et bien équipée avec notamment un robot de traite qui va nous simplifier certaines tâches », estiment-ils.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).